Les laïques luxembourgeois décernent leurs "awards"

Publié le par RAPPEL

Il y a quelques jours, nous vous annoncions (http://rappel.over-blog.net/article-31940254.html) que notre démarche relative à la sensibilité laïque des candidats aux élections avait fait des émules au Luxembourg. Contrairement au R.A.P.P.E.L., l'Union radical-humaniste luxembourgeoise n'avait cependant pas contacté les candidats, mais les partis politiques. Vous trouverez ci-dessous l'analyse de ces réponses par l'URHL, qui a eu l'idée originale de décerner des "prix" aux différents partis...


 

« The  Free  Inquiry  Awards  2009 »

 

L’Union radical-humaniste luxembourgeoise (URHL) s’était adressée aux 8 partis resp. groupements politiques présentant des candidat(e)s aux élections nationales et européennes du 7 juin 2009, afin de pouvoir nous faire une idée plus précise des approches défendues par ceux et celles qui sollicitent nos suffrages et obtenir des candidat(e)s des positionnements clairs en ce qui concerne la laïcité conçue comme principe d’organisation de l’Etat fondé sur la séparation du droit et de la foi.

 

Entre-temps notre questionnaire a donné lieu à des réponses de la part de tous les concurrents.

 

And the winners are…

 

Afin d’en rehausser le résultat, nous avons décidé de créer les « Free Inquiry Awards 2009 » qui ont été attribués de façon suivante :

 

 

 

1)        A été distingué du titre :

« Non éligible par tout partisan du laïcisme humaniste »:  le  A.D.R. !

 

En effet, le ADR se déclare officiellement :

 

-          hostile à une séparation effective de l’Etat et des églises, donc contre un Etat laïque ;

 

-          opposé à une résiliation des conventions de l’Etat avec les différentes communautés religieuses :

 

-          opposé aussi à l’autofinancement des cultes par leurs membres ;

 

-          pas d’accord pour n’admettre aucune religion dans l’école publique ;

 

-          contre l’introduction d’un calendrier scolaire adapté aux besoins pédagogiques, comportant des vacances dans des intervalles réguliers et de durée raisonnable, indépendamment de fêtes religieuses ;

 

-          pour le maintien de la commémoration de festivités officielles dans des lieux de cultes…

 

 

 

2)        S’est vu récompensé par l’award :

« Encore un effort » :  le  C.S.V. !

 

En effet, le vieux parti lié à l’Eglise catholique semble s’être occupé sérieusement du sujet !

 

Tout en restant attaché à ses vieux démons (défense farouche des art. 21, 22, 106 et 119 de la Constitution et refus de la reconnaissance de la laïcité de l’Etat), le CSV prône le principe des conventions avec les communautés religieuses et se prononce en faveur d’un soutien aux mouvements laïques (« Wir sind bereit eine Maison de la laïcité einzurichten, wo gesellschaft-liche Gruppen, die sich zur Laizität bekennen, ihrem Einsatz konkreten Ausdruck verleihen können » in : Programme électoral, pt 2.1.6.).

 

Par ailleurs, le CSV s’exprime pour un calendrier scolaire adapté aux besoins pédagogiques, comportant des vacances dans des intervalles réguliers et de durée raisonnable, indépendamment de fêtes religieuses.

 

 

 

3)        A remporté les regrets du jury, avec attribution du titre :

« Décevant » :  le  L.S.A.P. !

 

En effet, tout en se déclarant partisan d’une une séparation effective de l’Etat et des églises, donc pour un Etat laïque, le LSAP

-          s’oppose à l’introduction dans la Constitution d’un article ayant une formulation telle que : « l’Etat ne reconnaît ni ne subventionne aucun culte » 

-          est contre la résiliation des conventions avec les différentes communautés religieuses, mais veut se limiter à une renégociation dans un nouveau cadre légal (non autrement spécifié) !

 

L’autofinancement des cultes par leurs membres prôné par le LSAP risque donc de rester au stade de revendication de pure forme.

 

 

 

4)        Le prix du :

« Peut faire mieux » :  à la  Biergerlëscht (A. Jaerling) !

 

En limitant sa prise de position à la proposition de loi du député A. Jaerling du 22 août 2007 visant l’abolition des art. 21, 22, 106 et 119 de la Constitution, la « Biergerlëscht » évite une prise de position claire par rapport à toutes les questions spécifiques relevant de l’organisation concrète de l’Etat laïque.

 

 

 

5)        et enfin, un  award   avec mention :

« Satisfaisant  (mais sans surprise) » :  ex-aequo  au  D.P.,  à  Déi  Gréng,  au  K.P.L.  et  à  Déi Lénk !

 

En effet, ces quatre partis se rejoignent en ce qui concerne la plupart de leurs positions :

 

(a)    pour la séparation effective de l’Etat et des églises, donc pour un Etat laïque, et pour l’abrogation des articles de la Constitution institutionnalisant des liens organiques entre l’Etat et les églises ;

 

(b)    concrétisation de la prédite séparation par une disposition constitutionnelle telle que : « l’Etat ne reconnaît ni ne subventionne aucun culte » ;

 

(c)    pour l’abolition des conventions avec les différentes communautés religieuses et pour l’autofinancement des cultes par leurs membres ;

  

(d)          contre l’admission d’aucune religion dans l’école publique et pour un calendrier scolaire adapté aux besoins pédagogiques, comportant des vacances dans des intervalles réguliers et de durée raisonnable, indépendamment de fêtes religieuses ;

 

(e)          pour que la commémoration de festivités officielles ne doivent pas avoir lieu dans des lieux de cultes, mais dans des lieux publics neutres.

 

 

Leurs opinions divergent cependant en ce qui concerne

 

(a)          le remplacement des cours d’instruction et de morale laïque actuels par des cours d’introduction aux diverses doctrines politiques, philosophiques et religieuses et leur développement historique, ainsi que par des cours d’instruction civique (DP et Gréng : pour, - KPL et Lénk : contre) et

 

(b)          la question de l’interdiction, dans l’enceinte des établissements scolaires publics, du port de signes religieux ostensibles -pour les élèves comme pour les enseignants (DP et Gréng : contre, - KPL et Lénk : pour).

 

 

*    *    *

 

 

 

Avec cette première attribution des « Free  Inquiry  Awards  2009 » dans l’histoire du Grand-Duché de Luxembourg, nous espérons avoir stimulé les concurrents pour faire, dans la législature à venir, les efforts nécessaires pour ancrer les principes de la laïcité dans une organisation de l’Etat fondé sur la séparation du droit et de la foi.

 

 

 

Luxembourg, le 3 juin 2009.

 

L’Union radical-humaniste luxembourgeoise (URHL)

 

Commenter cet article