Voile au Parlement: l'avis de Caroline Fourest

Publié le par RAPPEL

"En France, la Commission Stasi a permis de réfléchir sur la portée des signes religieux dans l'espace public, et a fini par décider d'interdire tous ces signes au sein de l'école publique, pour protéger sa vocation républicaine et émancipatrice. Le débat a porté surtout sur le voile car il n'est pas seulement un signe religieux mais un signe politique, l'emblème actuel de ceux qui soutiennent la régression des droits des femmes. Surtout lorsqu'il est porté librement et non imposé. Cet emblème n'a pas sa place dans le temple de l'égalité qu'est l'école publique, mais peut se porter dans la rue, qui est un espace de liberté.
Qu'en est-il du parlement ? C'est une vraie question. Lorsque Christine Boutin, une député très catholique, a brandi la Bible en pleine assemblée pour justifier son opposition au PACS, cela avait beaucoup choqué. Venir représenter le corps citoyen (y compris des citoyens qui n'ont pas voté pour vous) en voile, c'est une façon de brandir une vision rétrograde de la religion en permanence, dans l'enceinte de la représentation nationale. Je ne sais pas s'il faut l'interdire, mais sans aucun doute mettre les partis qui ont pris l'initiative de mettre des militantes aussi rétrogrades sur leurs listes devant leurs responsabilités."

Commenter cet article

Gilson Jean-Pierre 01/08/2009 11:11

Permettre à une candidate élue de prêter serment en portant le voile est une insulte à la démocratie. Le voile est un insigne religieux et, n'étant pas neutre, n'a rien à faire dans les hémicycles de la représentation populaire.Sans compter que, dans le cas précis qui occupe les Belges, l'élue est issue des listes d'un parti qui se reconnaissait "chrétien" jusqu'à il n'y a pas si longtemps ! On peut donc imaginer sans peine que le changement de nom du parti concerné ne s'est fait que par clientélisme électoral...

Vanhacht Steven 30/06/2009 20:49

Pourquoi ne pas réaliser un référendum sur le problème du voile au lieu de laisser décider les politiques à notre place, surtout ceux pour qui nous n'avons pas voté mais qui semblent nous imposer leur point de vue.
Avec le référendum, quelque soit la décision nous la respecterons mais nous aurons pu nous exprimer sur le sujet.

Carlier Evelyne 29/06/2009 21:25

Ce probleme ne devrait meme pas soulever de discussion. Nous sommes dans un pays de tradition chretienne tendant vers la laïcite. Si des signes devaient etre toleres dans les lieux publics, ce devrait etre des signes chretiens (discrets et non provocateurs, comme la bible brandie par Mme Christine Boutin). Certains personnes ne seront pas d accord avec cet avis au nom de la democratie et de la liberte d expression, mais au nom de la democratie, obtenue apres des siecles d efforts il est de notre devoir d interdire tout ce qui peut porter atteinte a celle ci.
De meme je ne suis pas d accord de supprimer les jours feries "religieux" pour apaiser les etats d ame des musulmans. En effet ces jours feries soi disant religieux ont une origine païenne et ont ete recuperes par les chretiens: Rendons leur donc leur signification païenne : Noël, le retour de la lumiere, le Nouvel An n a rien de chretien, le Carnaval, fete de la joie, de la bombance, le careme, periode de diete et de fitness pour lutter contre les maux modernes tels le diabete, l obesite, le cholesterol, Pâques, la fête du printemps, la Pentecôte, la fête des langues, etc.

Pierre J MAINIL 29/06/2009 20:33

Rien que sur le port du « voile islamique », il faut relire la position préélectorale des Ecolos, la position chèvre-choutiste du CDH, ne pas passer sous silence les positions divergentes de personnalités tant du MR que du PS. Allons-nous oublier rapidement les applaudissements nourris qui ont suivi la prestation de serment de cette jolie « députée régionale » qui, pour l’heure, n’arbore qu’un foulard coloré et chamarré. Attendons la suite !

Sur cette question du « voile islamique », la façon dont la question va être contournée, sera de confondre en une seule appellation les différentes façons de voiler les cheveux, les oreilles, la nuque et le visage de la femme.

On va prendre sur le plan politique une position en flèche : celle d’interdire par la voie législative ou réglementaire la BURQA. Ah, quelle belle conscience avec cela dans les Commissions parlementaires qui vont traiter la question !

Les différents voiles islamiques

La BURQA est ce vêtement qui couvre entièrement le corps de la femme avec devant les yeux un tissus grillagés. Les Talibans de l’Afghanistan l(avaient rendue obligatoire. Elle n’a rien à voir avec les autres formes du voile islamique.

Il y a en effet le NIQAB qui se compose de deux tissus, l’un pour la tête, l’autre pour le corps qui couvre l’entièreté du corps sauf les yeux, le TCHADOR en vogue en IRAN notamment, qui ne cache pas le visage. Et enfin le NIJAB, le voile le plus répandu en Belgique, qui couvre les cheveux, les oreilles et le cou (avec quelques variantes).

Alors se pencher sur la BURQA uniquement est soit de l’hypocrisie, soit de l’ignorance !

Le leurre des interprétations coraniques.

Une autre voie pernicieuse est d’analyser les interprétations diverses de certaine sourate du CORAN. Et alors d’épiloguer sur ce que la puissance céleste aurait vraiment « récité » par l’entremise de l’Archange GABRIEL à l’ultime Prophète.

Dans un article que vous avez peut-être lu, je disais :

« Et je vous le demande, est-il raisonnable que des religions enseignent sans sourciller à leurs ouailles que le dieu que l’on m’assure être infiniment parfait, soit capable de s’irriter que les filles des hommes puissent circuler les cheveux au vent,… »

C’est là la véritable question.

Baudouin Petit 29/06/2009 10:55

Il est un aspect sur lequel on insiste peu ou pas du tout, et que Caroline Fourest ne fait qu'évoquer. C'est celui du communautarisme. En se présentant au Parlement enfoulardée, affichant sa conviction islamique, Madame Ozdemir oublie implicitement qu'elle représente tous les citoyens et citoyennes du pays. Mais il faut dire qu'en Belgique les choses sont organisées de telle sorte que les élus du Nord ont de moins en moins conscience de représenter les citoyens du sud, et vice-versa. Est-ce que Bart De Wever a conscience qu'en se présentant au Parlement belge il accepte de représenter ses concitoyens de Namur et d'Arlon ? Rien n'est moins sûr, d'autant qu'il a refusé de commenter les élections régionales wallonnes en soutenant qu'il s'agissait pour lui d'un pays étranger...